Dites stop au blues saisonnier !

Quand les journées deviennent plus courtes que les nuits, le moral a parfois tendance à décliner ! Alors apprenez à conserver gaieté et bonne humeur jusqu’au printemps !

Qu’est-ce que le blues saisonnier ?
On l’appelle le TAS –le trouble affectif saisonnier– cette petite déprime que connaissent beaucoup de gens durant l’automne et parfois en hiver. Il se traduit par une humeur maussade, une baisse de tonus et de rendement, voire des difficultés à accomplir des activités quotidiennes.
Pourquoi il nous arrive de ne pas supporter l’arrivée des mauvais jours ? Une des explications probables est que pendant des milliers d’année, le cycle de la vie humaine a tourné autour du cycle quotidien de clarté et d’obscurité. L’homme était en alerte lorsque le soleil rayonnait ; il dormait lorsque le monde était dans le noir. L’arrivée de l’électricité lui a permis d’être actif au-delà des heures de clarté. Conséquence : l’homme ne vit plus selon son rythme “naturel”, ce qui lui coûte un effort, lui pose un problème d’adaptation.


Profitez au maximum de la lumière
L’une des meilleures alliées du blues saisonnier, c’est la lumière. Elle stimule la rétine de l’œil qui transmet la stimulation au système nerveux jusqu’à la partie du cerveau sensible à la lumière, qui joue un rôle essentiel dans la régulation des rythmes biologiques du corps.
Voilà pourquoi la lumière agit sur l’humeur. Il s’agit donc de trouver toutes sortes de stratégies pour profiter au maximum de la lumière.

– Evitez de vous lever plus tard que le jour. Pour cela, couchez-vous assez tôt, de façon à avoir votre compte de sommeil.
– Déplacez-vous de préférence à pied ou en bus plutôt qu’en métro.
– A l’heure du déjeuner, sortez faire un petit tour, ne restez pas enfermé toute la journée.
– Renforcez l’éclairage des pièces où vous travaillez et vivez. Par exemple, coupez les branches d’arbre qui bloquent la lumière et laissez les rideaux ouverts durant la journée.
– Changez les meubles de place pour que votre fauteuil soit près d’une fenêtre.
– Ajoutez des lampes et installez des puits de lumière, par exemple avec des fenêtres de toit de type Vélux®.

Enfin, si ces mesures sont insuffisantes, il existe depuis quelques années un traitement contre le TAS (trouble affectif saisonnier) : la luminothérapie. Il consiste à une exposition à des lampes d’intensité 5 à 10 fois supérieures à un éclairage traditionnel et exemptes de rayons ultraviolets, qui sont dangereux pour la peau. Cela peut se pratiquer dans un cabinet médical ou chez vous. Consultez l’avis de votre médecin.


Faites le plein de vitamine C
Le refuge dans la nourriture fait partie des comportements antidépressifs. Si les produits sucrés dopent le moral –ils favorisent la libération par notre cerveau de sérotonine, substance anti-dépressive– il n’est pas recommandé d’en consommer à chaque épisode dépressif. Histoire de ne pas se retrouver avec une taille supplémentaire à la fin de l’hiver. Pour réprimer les fringales sucrées, veillez à manger des glucides complexes (pain, céréales, pâtes, riz, légumes secs, pomme de terre, etc.), qui sont rassasiants, à chacun de vos repas, y compris au goûter. Surtout, intégrez dans tous vos menus des fruits et légumes de saison : raisin, pommes, oranges, potiron, champignons, brocolis… dont la vitamine C est naturellement “dopante” et qui participent à vos apports en fibres.


Entretenez vos muscles !
L’exercice permet d’évacuer le stress, d’entretenir la vitalité et favorise le bien-être mental et physique. Durant l’effort physique, le cerveau libère des endorphines, qui sont de véritables hormones de plaisir. Alors, ajoutez une pratique sportive à votre mode de vie, avant que des symptômes de TAS (trouble affectif saisonnier) ne se présentent. Habituez-vous, par exemple, à faire trente minutes de marche à l’heure du déjeuner. Cette activité et le fait d’être exposé à la lumière naturelle peuvent vous remonter le moral. Si vous avez trop froid pour sortir et que la natation en piscine ou la gym en salle ne vous séduisent pas, pensez aux sports collectifs, tels que le volley, le basket… Ils vous permettront aussi de créer des liens sociaux et amicaux.


Surtout n’hibernez pas !
La courte durée des journées n’est pas une raison pour “cocoonner” et vous isoler. Rencontres et discussions sont essentielles pour se sentir bien dans sa tête. Alors invitez régulièrement vos amis et votre famille. Organisez des soirées entre collègues. Inscrivez-vous à une nouvelle activité, cours d’anglais, scrapbooking, chant, etc. Vous connaîtrez ainsi des personnes qui partagent votre hobby.
Si vos finances et votre emploi du temps le permettent, offrez-vous une semaine aux Antilles ou aux Canaries, le temps de faire une cure de soleil. En outre, cette proche perspective vous remotivera dans votre vie quotidienne.

Publicités

2 réflexions sur “Dites stop au blues saisonnier !

  1. Le Blog des Surprises dit :

    ah bien tant pis pour les muscles… je viens de vendre mon « go stepper » !… 😉

    et petit aveu : l’hiver… j’hiberne quand même !…surtout quand je suis frigorifiée !… je sais je sais… ce n’est pas bien !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s