5 infos essentielles sur la peau

chokadelika-5-infos-essentielles-sur-la-peau

La peau n’est pas seulement une enveloppe capable de nous protéger contre les agressions extérieures. Elle participe également à la respiration, à l’élimination des déchets, à l’immunité… Savez-vous comment elle assure toutes ces fonctions ? Suivez le guide !

La peau s’hydrate aussi de l’intérieur
Comme toutes les cellules du corps, celles de la peau ont besoin d’un apport régulier en eau pour se nourrir et se débarrasser de leurs déchets. Pour que votre peau conserve jeunesse, douceur et souplesse, il faut donc veiller à son hydratation qui ne se fait pas seulement à coup de crème, lait ou lotion ! La peau contient deux couches superposées : l’épiderme et le derme. L’épiderme est en contact avec l’extérieur et les produits cosmétiques peuvent l’hydrater. Mais ces derniers n’atteignent pas le derme situé dessous. Cette couche reçoit son eau de l’intérieur, grâce à une multitude de vaisseaux sanguins.
C’est là aussi que se situe le collagène, qui donne l’élasticité de la peau. Sans un apport suffisant d’eau, le collagène perd de sa qualité et la peau devient flasque et sèche. Enfin, l’organisme perd environ 0,8 litre d’eau par jour par la peau, via la transpiration. Il faut donc veiller à compenser cette perte en buvant suffisamment d’eau tout au long de la journée.

La peau est le reflet de votre alimentation
L’alimentation agit directement sur notre peau. Nos cellules cutanées ont besoin de nutriments. Elles les puisent dans notre alimentation quotidienne. Les vitamines B5 et B6 (levure, foie, rognons, jaune d’œuf, viandes et poissons) favorisent la souplesse et l’équilibre de la peau. Le sélénium (germes de blé, céréales complètes, produits de la mer) ralentit son vieillissement en la protégeant contre les radicaux libres, tout comme les vitamines A, C et E (dans les carottes et abricots, les agrumes et huiles végétales crues, respectivement). La peau aime aussi le zinc (viande, huîtres, crustacés, fromages) qui l’aide à cicatriser en cas de blessures superficielles.
Elle a aussi besoin d’acides gras essentiels qui permettent aux parois cellulaires de garder leur élasticité et favorisent les échanges. On trouve ces acides gras dans les huiles végétales non chauffées (olive, noix, sésame, colza…). Les excès alimentaires (sucreries, plats trop gras, alcool) laissent des traces sur notre épiderme car la peau nous débarrasse des déchets, par la transpiration mais aussi par… les boutons ! Une alimentation saine et équilibrée est donc le premier garant d’une belle peau.

chokadelika-5-infos-essentielles-sur-la-peau-bis

La pollution abîme la peau
Un air pollué est rempli de microparticules gazeuses qui sont néfastes à notre épiderme. Certaines encrassent les cellules superficielles. D’autres ont une action fortement oxydante. Elles favorisent la production de radicaux libres, lesquels abîment directement les cellules et accélèrent leur vieillissement.
Si vous vivez dans une grande ville, à proximité d’un site industriel… ou si vous fumez, veillez à apporter à votre peau des vitamines antioxydantes (A, C et E) et des minéraux (notamment le sélénium) pour l’aider à se défendre. Pensez aussi aux crèmes à base d’algues qui sont riches en actifs protecteurs. Ces organismes marins entrent d’ailleurs dans la composition de la plupart des cosmétiques antipollution.

La peau réagit au stress
La peau et le cerveau entretiennent des liens étroits car ils ont la même origine embryonnaire. L’excès de stress provoque dans le cerveau un afflux de neurohormones qui affectent directement l’état de la peau. Ce n’est donc pas un hasard si la peau se grise lorsqu’on est tendue et fatiguée, si les cernes se creusent et que les rides s’approfondissent.
De son côté, le système nerveux autonome déclenche des réactions biologiques de survie qui se reflètent sur l’épiderme : l’accélération du rythme cardiaque provoque un afflux sanguin sur le visage ; la diminution de l’amplitude respiratoire asphyxie les cellules cutanées…
La solution : apprendre à se détendre et à mieux gérer le stress. Il existe pour cela de nombreuses méthodes (yoga, massages, relaxation, sophrologie, bains aux huiles essentielles…).

La peau ne supporte pas bien le froid
En hiver, le visage et les mains sont particulièrement exposés au froid. Il faut les protéger car la baisse de température provoque un déséquilibre cutané important. La couche superficielle se déshydrate rapidement, ce qui provoque rougeurs, puis gerçures et craquelures. En profondeur, c’est l’équilibre hormonal de la peau qui se dérègle. Il faut donc agir à deux niveaux : en surface, utilisez régulièrement des crèmes nutritives et hydratantes.
Par voie interne, veillez plus que jamais à absorber suffisamment de bons acides gras. C’est le moment de prendre des capsules d’huile de foie de morue ou de faire une cure de poissons des mers froides (flétan, hareng, haddock), car ces poissons ont des tissus particulièrement riches en acides gras protecteurs qui leur permettent de survivre à des températures très basses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s